Histoire porno de femme sexy

Récit, confession, histoire érotique d'amatrice française très coquine

En finir avec l'un d'entre eux

Ma petite amie m'attrape en train d'utiliser son vibromasseur et me montre comment faire.

Lorsque le paquet est arrivé, il est resté ouvert pendant quelques jours, puis un jour il a disparu. J'ai eu envie de lui demander si elle l'avait déjà essayé, mais Sophie et moi sommes assez respectueuses de notre besoin mutuel de nous masturber, même si nous partageons parfois. J'ai pensé qu'elle devait en profiter seule avant de tenter de rejouer notre expérience de l'emprunt de celui de Sally. J'ai aussi aimé l'idée qu'elle se le fasse à elle-même et que je la regarde à travers une fente dans la porte parmi d'autres fantasmes.

En rentrant tôt du travail un jour, j'espérais secrètement la surprendre en train d'expérimenter son nouveau jouet. Peut-être que le bourdonnement du gode dans la chambre à coucher révélerait son plaisir coupable et que je pourrais entrer juste au bon moment... Je ne connaissais que trop bien le son de son orgasme imminent.

L'idée de ce scénario m'avait donné envie de m'occuper de mes propres pulsions et de faire l'expérience de ce qu'elle avait dû faire toute seule à ce moment-là. Me trouvant seul dans l'appartement, je me suis servi un verre, suis allé dans notre chambre et me suis changé de mon costume de travail jusqu'à mon mini-mallelet. Sophie me les avait achetés pour Noël et je lui avais acheté (assez vilainement) une paire très semblable à celles en soie rouge de Sally qu'elle avait utilisées pour s'en tirer dans mon histoire. Nous avons fait l'amour ce soir-là, en portant toutes les deux nos maillots de Noël, mais depuis lors, ils ont été rangés dans son tiroir pour une occasion spéciale (je l'espérais).

J'espérais que la culotte que je lui avais offerte pimenterait notre vie sexuelle. De toute évidence, il manquait quelque chose à l'équation et c'était le gode que Sophie n'avait jamais expérimenté qu'une seule fois chez Sally. Je savais que nous étions toutes les deux tout aussi excitées par cette expérience. Je savais que cette expérience nous avait toutes les deux enthousiasmées. Je lui avais suggéré de lui en acheter un et elle était très enthousiaste, m'aidant même à faire mon choix dans la boutique en ligne avec son éventail de choix déconcertant. Naturellement, elle a choisi un gode semblable à celui de son amie, mais, étonnamment, elle a opté pour le modèle de 25 cm.

Il était donc évident qu'il avait été utilisé. Où l'avait-elle mis ? Serait-il encore couvert de son jus ? Elle a dû l'essayer ce jour-là. Il ne pouvait y avoir qu'un seul endroit. J'ai ouvert avec précaution son tiroir à culottes, en tremblant un peu dans l'attente. Tout avait été jeté en vrac, (inhabituellement pour elle, elle était normalement très soignée). En soulevant quelques paires de culottes de contrôle de la journée de travail et en fouillant sous les strings oubliés, j'ai trouvé son prix. Loin des yeux, loin du cœur ! Il y avait la culotte en soie rouge que je lui avais achetée avec le gode étonnamment grand qu'elle portait et qui sortait du bout. Je n'ai pas pu résister à cela. Elle ne devrait pas encore être à la maison...

Je m'allonge sur notre lit, en gardant les mini-malles. Ils m'avaient frotté la bite toute la journée et elle était maintenant dure comme un roc en prévision de ce que j'allais faire. En démêlant la culotte enroulée à la hâte, le gode est tombé sur le lit, et je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer que la soie rouge était encore humide à l'entrejambe.

Quelle coquine ! Elle avait visiblement fait un effort. Le gode était encore couvert de jus, presque sec maintenant mais sentant bon sa chatte en rut. C'est la première chose que j'ai faite, puis je l'ai léchée. (Après tout, il faut garder les jouets propres, ai-je raisonné). Ensuite, je l'ai allumé et j'ai caressé mes couilles avec à travers la fine matière soyeuse de mes mini-malles. J'étais tenté de lui mettre aussi sa culotte, mais elle était déjà drapée sur mon visage et je suçais les restes de son orgasme dans le gousset.

"Qu'est-ce que tu crois faire, putain !"

Curieusement, c'est exactement la réaction de Sophie lorsqu'elle m'a surpris en train de fouiller dans les tiroirs de Sally.

Sophie était rentrée chez elle et j'étais tellement perdu dans mon plaisir privé que je n'ai pas entendu la porte. C'était inopportun, le bourdonnement insistant du vibreur contre mes couilles et l'odeur et le goût corné de son entrejambe étaient sur le point de m'emporter dans mon coffre et j'étais perdue dans l'instant.

Sophie, cependant, s'est un peu adoucie lorsque j'ai avoué que je voulais juste partager son plaisir et que je ne pouvais pas attendre qu'elle me le montre. Je n'ai pas eu à le faire.

Elle a glissé de sa jupe de travail, la laissant dans des collants clairs mais sans culotte, bizarrement. Elle a attrapé son gode, qui bourdonnait maintenant inutilement sur la couette, et me l'a agité avec un mélange de colère et de taquinerie. Avant que je ne puisse protester, elle m'a poussé sur le lit et a pris sa culotte, que j'allais utiliser à mes propres fins, et a chevauché ma poitrine.

"Alors, tu veux savoir ce que je fais pour mon plaisir privé ?" se moquait-elle.

Je savais que Sophie était très frustrée au travail certains jours et je me doutais qu'elle prenait souvent son pied dans la douche en rentrant à la maison. Parfois, nous faisions l'amour juste après et elle était déjà mouillée et venait rapidement. C'était un de ces jours...

Ce qui s'est passé ensuite m'a vraiment excité. Sophie a enroulé ses collants jusqu'au milieu des cuisses, révélant son buisson bien taillé (je pouvais sentir son parfum capiteux maintenant et je savais qu'elle devait déjà être mouillée). Prenant le gode encore vibrant, elle l'a enveloppé dans sa culotte de soie rouge et l'a inséré lentement dans sa chatte.

Je ne l'avais jamais vue faire cela qu'une seule fois auparavant, quand elle avait perdu sa retenue ce matin-là chez Sally et cela m'a rappelé le souvenir de cet épisode.

Quand le gode était à peu près à mi-chemin en elle avec le reste de la culotte qui pendait, elle a commencé à remonter ses collants, le forçant à s'enfoncer davantage.

J'étais sur le point de m'exclamer à quel point cela m'excitait, quand elle a mis sa main fermement sur ma bouche et a positionné l'extrémité du gode contre ma poitrine. En écartant les cuisses et en se pressant, j'ai vu le gode à travers ses collants presque transparents, enveloppés dans la culotte rouge, disparaître en elle. Sophie s'est balancée en émettant des halètements gutturaux, une main sur ma bouche pour me faire taire et l'autre s'appuyant sur mon épaule.

Je ne pouvais pas garder mes mains pour moi, ni contrôler ma queue douloureuse. J'ai attrapé ses fesses d'une main et je me suis libéré de mon mini-manteau. Ce faisant, j'ai eu du sperme qui est sorti de tous ses collants.

Sophie est passée par-dessus le bord, retirant sa main de ma bouche pour me laisser un peu d'air ; elle a saisi le bout du gode par son tuyau et l'a rapidement fait entrer et sortir. Le tout sur une longueur de 20 cm. Ses cuisses tremblaient et je la regardais, fascinée, s'approcher d'elle avec force devant moi.

En tirant ses collants le long du gode, sa culotte s'est écrasée sur ma poitrine, suivie d'un jet de liquide. (Sophie était habituellement un peu gênée lorsqu'elle inondait les draps en jouissance, mais pas cette fois-ci). ) Le liquide a éclaboussé ma poitrine à travers ses collants. J'ai essayé de me tortiller vers l'avant pour le laper, mais Sophie a simplement ramassé les culottes tombées, en a essuyé le jus sur ma poitrine et me l'a mis dans la bouche.

"Maintenant, je ne veux plus entendre un mot de toi !"

C'était son coup de feu d'adieu lorsqu'elle a disparu dans la salle de bain en emportant son gode avec elle.