Histoire porno de femme sexy

Récit, confession, histoire érotique d'amatrice française très coquine

Le nouveau jouet de Morgan fait son premier entraînement anal

Morgan n'a jamais su ce qu'elle avait manqué avant l'arrivée de son nouveau jouet...

La journée a encore été longue au bureau.  Les avocats travaillent de longues heures, mais après un certain temps, on s'habitue à la routine.  Enfin, pas vraiment.  À la fin de la journée, vous êtes tout simplement fatigué et épuisé et tout ce que vous voulez, c'est rentrer chez vous, vous détendre, vous mettre à l'aise avant de vous endormir et de vous réveiller le matin pour affronter une autre journée de douze à quatorze heures.

Morgan n'a jamais su ce qu'elle avait manqué avant l'arrivée de son nouveau jouet...

La journée a encore été longue au bureau.  Les avocats travaillent de longues heures, mais après un certain temps, on s'habitue à la routine.  Enfin, pas vraiment.  À la fin de la journée, vous êtes tout simplement fatigué et épuisé et tout ce que vous voulez, c'est rentrer chez vous, vous détendre, vous mettre à l'aise avant de vous endormir et de vous réveiller le matin pour affronter une autre journée de douze à quatorze heures.

J'entre dans le hall d'entrée de la copropriété de Lyon où je vis et, comme à mon habitude, je m'arrête au bureau du concierge.

"Quelque chose pour moi aujourd'hui, Gregory ?"  Je pose toujours cette question à Gregory, bien que j'utilise le courrier électronique pour la correspondance et que je paie toutes mes factures en ligne.  Peu importe que je ne reçoive jamais rien par la poste ; je demande toujours quand même.  La réponse est toujours la même : "Non".  Enfin, presque toujours non.

"Oui, Mlle Morgan", répond-il avec un accent italien bien marqué.  Bien qu'Italo-Américain de la troisième génération, Gregory a grandi et vit toujours dans la Piccola Italia de Manhattan, dans la Petite Italie, l'un des rares résidents d'origine italienne qui vivent encore dans une région qui a été rapidement repeuplée par des émigrants chinois après la Seconde Guerre mondiale.

Quelques instants plus tard, Gregory revient d'une pièce située derrière le bureau avec un paquet un peu lourd, enveloppé dans du papier brun ordinaire, du même type que celui que l'on voit dans les sacs d'épicerie.  "Tenez, Mlle Morgan", dit-il en me remettant le paquet.

"Merci, Gregory", lui réponds-je, avant d'entrer dans le couloir au-delà du hall et d'appuyer sur le bouton de l'ascenseur.  Lorsque les portes s'ouvrent, j'entre et j'appuie sur le bouton 3 pour mon étage.  Moins d'une minute plus tard, les portes s'ouvrent à nouveau dans le couloir décoré avec goût.  En me retournant, je marche en silence sur le tapis moelleux jusqu'à la porte de mon appartement.

***

En entrant dans mon appartement, j'allume les lumières et je me glisse hors de mes talons hauts.   En allant à la stéréo, je mets l'album Music Inspired by Middle Earth de David Arkenstone.  En baissant le volume, je me dirige vers le canapé, je m'assois, je m'allonge, je ferme les yeux et je me détends au son d'une musique apaisante.  Après quelques minutes, je m'assois et j'ouvre le papier qui entoure le paquet.  Le carton indique "Lot de plug anal coeur rouge".  Je prends une grande respiration et commence à ressentir une certaine inquiétude.

Mon petit ami me met la pression pour avoir des relations sexuelles anales depuis des mois maintenant.  Je lui ai dit que je suis vierge de la sodomie, mais cela ne fait que l'exciter davantage et l'encourager à multiplier ses tentatives de persuasion.

"Toutes les filles ont des relations anales", dit-il.

"Non, toutes les filles n'en ont pas !" Je lui réponds exaspéré : "Je n'en ai pas et je suis une des filles."

Il se met alors en colère et s'en va en trombe, me laissant me demander si l'anal va être un facteur de rupture pour lui. Récemment, il m'a également laissé une satisfaction sexuelle moins que totale.  Hier soir encore, il est parti en pleine querelle, ce qui signifie que cela faisait une semaine qu'il n'avait pas baisé avec moi.

Je ne veux pas le perdre, mais je n'aime pas non plus être harcelée pour faire quelque chose que je suis sûre de vouloir faire.  Je veux aussi avoir le temps de réfléchir, de me préparer, si je vais le laisser me baiser.  C'est pourquoi j'ai visité un nombre considérable de sites web consacrés à la sodomie et j'ai lu de nombreuses critiques sur le sexe anal, tant chez les femmes que chez les hommes.

Après mûre réflexion et méditation, j'ai décidé de laisser mon petit ami me baiser le cul.  C'est alors que j'ai commandé les butt-plugs.  Je me suis dit que si je le laissais me baiser le cul et que je découvrais que je n'aimais pas ça, au moins, il ne pourrait pas utiliser son adage usé.

"Bébé, tu ne peux pas savoir si tu aimes ça ou pas, si tu ne l'as jamais eu dans le cul", a-t-il répété ces derniers mois, l'une de ses nombreuses tentatives pour me forcer à lui donner mon cul.

Prenant la boîte de prises avec moi, je marche vers ma chambre et je me débarrasse rapidement des vêtements de la journée.  Bientôt, ma jupe, mon chemisier, mon soutien-gorge, ma culotte et mes bas de cuisses sont empilés au pied de mon lit.  Assise, j'ouvre la boîte et je regarde les trois plug anal en aluminium, chacun avec un faux rubis rouge cramoisi au bout de la tige.   Chacun est de taille différente, le petit plug anal ayant un diamètre de 3 cm et une longueur insérable de 6 cm.  Les plug anal moyens et grands sont progressivement plus épais et plus longs.  La brochure jointe à l'emballage recommande de commencer l'entraînement anal avec le petit plug et de passer progressivement aux plugs plus grands.  Après avoir posé le coffret un moment, je vais dans la salle de bain pour me préparer à mon initiation au jeu anal.

Je sors mes bougies parfumées et j'allume chaque bol avant d'en placer un à chaque coin de la baignoire, deux autres de chaque côté du lavabo et, enfin, deux autres sur la table de nuit de chaque côté du lit.  L'odeur de pin frais imprègne rapidement les deux pièces et j'inspire profondément.  Je verse mon bain - de l'eau chaude, mais pas brûlante, suivie de mon bain moussant préféré - la bombe de bain au pin d'hiver des studios Red Lips.  Une fois le bain prêt, j'entre dans la chambre et je retire la petite fiche du compartiment aménagé dans la boîte et je la ramène avec moi dans la salle de bains.  Je monte ensuite prudemment dans la baignoire, m'assieds et me penche en arrière, en laissant les bulles apaisantes couvrir tout le visage sauf le mien.  En fermant les yeux, je me détends alors que la lumière de la bougie clignote et que l'arôme du pin se combine pour faire disparaître le stress quotidien d'une journée de travail qui s'écoule rapidement.  Je me frotte les bras, les seins, le ventre, les jambes et les orteils avec la mousse savonneuse.  Je me sens bien et je soupire doucement.  Je tombe en transe au son de l'Arwen et de l'Aragorn d'Arkenstone qui m'emmène dans un autre lieu, un autre temps.

La musique de David me calme et je laisse mes doigts s'émerveiller devant mon corps.  Ils me pincent et tirent doucement sur mes tétons.  Je commence à gémir alors que mes désirs sexuels commencent à s'enflammer.  Cela ne prend pas longtemps - cela fait si longtemps que je n'ai pas été touché.  Je pince et je tire plus fort sur les tétons, enflammant ainsi les flammes de mon désir.  D'une main, je continue à pétrir mes tétons et je glisse mon autre main entre mes jambes.  Mes doigts tracent mes lèvres qui gonflent rapidement et mon corps commence à réagir aux désirs de mon esprit et de mon âme.  Je ronronne comme un chat satisfait pendant que mes doigts exercent leur charme magique.  Je halète en glissant d'abord un, puis deux doigts dans ma chatte et je commence à me baiser avec les doigts.

"Ça fait tellement de bien, tellement de bien", je marmonne, à peine audible.  "Oui, si bon, oui..." Je continue alors que mes doigts commencent à me porter de plus en plus haut.  Un troisième et un quatrième doigt se glissent dans mon sexe.  Les doigts d'une main s'enfoncent profondément dans ma chatte, les doigts de l'autre main se frayent un chemin à travers ma poitrine et mon ventre gonflés avant de rejoindre leurs sœurs.  En frôlant mon clitoris, ils envoient des ondes de choc d'électricité sexuelle qui déferlent dans mon corps.  En retirant son capuchon charnu, je commence à caresser le nœud entre mes deux doigts.  La combinaison d'une série de doigts qui s'enfoncent plus vite et plus fort dans ma chatte et de l'autre série qui masse mon clitoris gonflé me rend maintenant fou de passion.  Je commence à m'agiter dans la baignoire et les vagues qui en résultent éclaboussent les côtés et mouillent le carrelage. Je suis inconscient.  Seule ma satisfaction est importante à présent.  Ma température sexuelle monte rapidement et le feu qui brûle en moi devient rapidement incontrôlable.

Soudain, je crie et je sors de l'eau alors que mon premier orgasme me dépasse.  De l'eau supplémentaire mouille le sol, trempant le tapis de bain.  Les doigts des deux mains continuent à travailler en moi jusqu'à ce que, finalement, mon énergie dépensée, je me détende dans la mousse et que ma respiration revienne lentement à la normale.

Mes yeux voient le plug anal de cul assis sur le bord de la baignoire.  En tendant la main, je saisis le plug anal et le plonge dans l'eau savonneuse.  Je le déplace entre mes jambes et commence à me taquiner la chatte avec.  Des gémissements et des soupirs s'échappent de mes lèvres ou alors je commence à rallumer les feux de la passion en moi.  Je m'attarde sur ma chatte pendant quelques instants avant de...

Je prends une grande inspiration et je déplace le plug anal sur mon périnée et je laisse le bout effleurer mon sphincter.  Je n'ai jamais ressenti cette sensation auparavant.  Des pensées me traversent la tête, évoquant des images de femmes en train de se faire pénétrer analement dans le porno que j'ai regardé.  Une attente nerveuse me traverse alors que je remplis mes poumons d'air et que je commence à presser la pointe du cul dans mon cul, en commençant à étirer l'anneau de muscle connu sous le nom de sphincter.  Je sens le muscle tendu, résistant à la pénétration.  C'est inconfortable et je me détends.

Vous devez le faire.  Vous pouvez le faire.  Il suffit d'enfoncer lentement mais fermement le plug anal dans votre cul.  Étirez votre trou du cul.

En prenant une autre grande inspiration et en me mordant la lèvre, je repositionne le plug anal contre mon trou de cul et je pousse vers l'intérieur.  Je ressens une douleur fulgurante dans les reins alors que les muscles qui se battent à contrecœur s'ouvrent.  En maintenant la pression contre le sphincter, je prends une autre grande respiration et je presse le jouet plus fort dans mon cul vierge.  La douleur augmente à mesure que mon trou de cul est plus large que jamais.  J'ai l'impression que mes fesses ne font qu'un feu.

N'arrêtez pas maintenant.  Il faut que ça arrive.  Pour toi.  Pour Kyle.  Tu dois ouvrir ton cul.

Prenant encore une fois une grande respiration, je saisis le bout de la prise, fermement et silencieusement, pour le compte à rebours - trois, deux, un.  Je pousse la prise très fort.  J'ai l'impression qu'un tisonnier brûlant est enfoncé dans mon cul et, même si personne ne m'entend, je crie "OUCH", incapable de me retenir.  J'ai l'impression que la prise me divise, mais je résiste à la tentation de la retirer.  Je respire rapidement pendant quelques minutes alors que la douleur continue pendant ce qui semble être une éternité avant de s'atténuer progressivement.

Je me redescends dans la baignoire et je laisse la lumière des bougies, l'odeur de pin et la musique d'Arkenstone m'aider à me changer les idées.  En quelques instants, la sensation dans mon cul est moins celle d'une douleur brûlante et plus celle d'être inconfortablement plein.  Nerveusement, je tends la main vers le bas et commence à tourner la prise dans mon cul.  Étonnamment, le mouvement du plug anal me fait oublier la sensation d'être bourré.  Au contraire, il commence à provoquer des vagues de plaisir sexuel.  Je continue à tourner la prise dans mon cul, d'abord vers la gauche, puis vers la droite au fur et à mesure que les vagues de plaisir s'accumulent, comme celles d'un tsunami à l'approche du rivage.

Au fur et à mesure que mon trou de cul est agréablement stimulé, ma chatte se réveille à nouveau aussi.  D'une main jouant avec le plug, l'autre se frotte contre mon mon monticule pubien.  Le plaisir que je ressens en stimulant à la fois mon cul et ma chatte se renforce mutuellement, ce qui m'amène à un niveau de joie et de satisfaction sexuelle que je n'ai jamais connu.  Je continue pendant plusieurs minutes encore, jusqu'à ce que je sois sur le point d'atteindre un autre orgasme.

J'arrête, en voulant continuer.  Mais pas ici.  Pas dans la baignoire. 

***

Debout, je m'avance prudemment sur le carrelage mouillé, la prise étant encore fermement enfoncée dans mon cul.  Ma chatte a mal pour attirer l'attention.  Je m'essuie rapidement, et j'entre dans la chambre.  En ouvrant le tiroir de la table de nuit, je sors mon petit ami argenté, mon vibromasseur, et le pose sur le lit.  Je m'approche de la commode, je prends mon téléphone portable avant de revenir et de grimper sur le lit.

Je trouve le nom de Kyle dans ma liste de contacts et j'appuie sur la touche de composition.  Le téléphone sonne pendant plusieurs secondes.

"C'est Kyle.  Qu'y a-t-il Meg, il est presque 23h30."

"Je sais chérie, mais je veux que tu m'écoutes. OK ?"

"Écouter quoi ?"

"Écoute juste.  Je te le dirai quand tout sera fini."

Je monte en position de chien et je prends mon vibrateur, je le positionne contre mon clitoris et je l'allume.  Simultanément, je tends l'autre main vers l'arrière et commence à manipuler le plug anal qui s'étire et me remplit le cul.  En quelques instants, mes gémissements remplissent la chambre, noyant la musique de David.  De plus en plus haut, je suis pris au fur et à mesure que les désirs sexuels, l'énergie sexuelle en moi se développe rapidement.

Vaguement, à travers mes gémissements et mes gémissements croissants, j'entends la voix de Kyle.

"Qu'est-ce qui se passe ?  Qu'est-ce que tu fais Meg ?"

Je ne réponds pas, mais je continue à tourner et à tourner le plug anal tout en appuyant fortement le vibrateur sur mon clito avant de glisser dans ma chatte et de la pousser dans un mouvement de va-et-vient.  Après quelques minutes, je remets le bout contre mon clitoris gonflé.  La tension en moi dans la construction et je lutte contre l'envie de relâcher. 

Je veux être emmené le plus haut possible.  Je veux chérir chaque instant du plaisir que je me donne. 

Bientôt, je crie "Oui... Oui... Oh OUI... OUI..."

Je peux à peine le supporter maintenant et mes gémissements, gémissements et cris deviennent de plus en plus forts.

Finalement, je ne peux plus retenir la pression.  Le barrage se brise et ma chatte commence à inonder le lit de mes sucs alors que mon corps se convulse et tremble violemment tandis qu'un autre orgasme me transperce.

Je crie en un long flot continu de "YYYYYYEEESSSS" alors que le point culminant me submerge encore.   Au milieu de mon orgasme, je pense que je peux entendre la libération de Kyle à travers mon téléphone.

"Fuck YES, Shit, Fuck YES... YES... YYYYEEEESSSS..." J'entends depuis mon téléphone que Kyle, se masturbant visiblement, tire sa charge qui sait où.

Pendant plusieurs minutes, il n'y a que le son d'une respiration lourde qui vient de moi et de mon téléphone.  Une fois que notre respiration et notre rythme cardiaque sont revenus à la normale, j'entends Kyle.

"Meg, c'était merveilleux et j'avais certainement besoin de ça, mais ça ne pouvait pas attendre ?"

"Non !" Je réponds avec insistance.  "Je voulais que tu entendes le premier orgasme de ta copine avec une prise dans le cul."

"UN COUP DE PIED AU CUL ?" demande Kyle, avec un enthousiasme évident.  "Qu'est-ce qui a provoqué ça ?  Qu'est-ce qui se passe avec toi Meg ?"

"Je veux que tu me baises dans le cul Kyle.  Tu m'entends, je veux que tu baises ta copine dans le cul."

"T'es sûr, bébé ?  Tu te bats contre moi à ce sujet depuis ce qui semble être une éternité."

"Après ce soir, oui, je suis sûr.  Je veux sentir ta bite dans mon cul !"

"Eh bien, je pense que je peux y arriver.  Et si je venais te chercher au travail demain.  On pourra se faire un bon dîner et retourner chez toi après."

"Et si tu ramenais ton cul ici ce soir ?  Donne-moi une chance de te montrer ma nouvelle collection de jouets."

Avec un soupir appétissant dans la voix, Kyle a dit : "Morgan, tu n'as pas besoin de me demander deux fois !"