Histoire porno de femme sexy

Récit, confession, histoire érotique d'amatrice française très coquine

Livraison spéciale

Un samedi pluvieux, dans un magasin d'emballage, le commis souhaite qu'il se passe quelque chose d'intéressant.

Putain, comme elle détestait travailler les samedis pluvieux. Les après-midi de week-end pluvieux étaient toujours si lents. Hua - connue sous le nom d'Annabelle par ses amis - était la gérante d'une boîte aux lettres et d'un magasin de livraison, et n'aimait pas les temps d'arrêt. Elle était énergique et détestait s'ennuyer. Comme maintenant, quand elle était seule dans le magasin. Pourtant, cela lui laissait beaucoup de temps pour lire. Elle était une grande lectrice, elle avait parfois dix livres ou plus sur sa table de nuit.

Elle aimait l'aspect service à la clientèle de son travail. Elle aimait les gens, et aimait s'amuser. C'était une personne spontanée, qui vivait pour le moment. C'était une dichotomie parfaite pour son travail, qui était une routine ennuyeuse. Pourtant, elle payait les factures. Elle voulait se lancer dans les relations publiques, ou la coordination d'événements. Quelque chose qui n'aurait pas autant de temps d'arrêt, et qui lui permettrait d'interagir davantage avec les gens. Plus que cela, la lecture lui a donné des idées. Elle avait envie d'une aventure.

Dehors, il pleuvait à verse, encore. Annabelle a regardé les gouttes éclabousser le parking et a poussé un grand soupir. Elle s'est sentie obligée de rester jusqu'à la fermeture du magasin à 17 heures. Elle a pris une tasse de thé chaud et est retournée à son livre, le bruit de la pluie lui offrant une toile de fond apaisante.

À 16 h 03, une femme est entrée.

Elle s'est exclamée : "Ouah, il pleut des chiens et des chats dehors !", en secouant son parapluie dégoulinant dans l'embrasure de la porte.

"Oui, c'est vrai !" répondit Annabelle. "Je suis contente d'être à l'intérieur aujourd'hui."

L'eau qui coule sur le sol ne rend pas Annabelle heureuse. Elle devait passer la serpillière.

"Est-ce que ça a été lent aujourd'hui ?" demanda la femme.

"Assez lentement. Je suis contente d'avoir pensé à apporter un livre."

"C'est un bon jour pour se lover avec un bon livre devant un feu. Un chocolat chaud serait bien aussi ! Je pense que c'est ce que je ferai une fois rentré chez moi, après avoir expédié ça."

"Oh, je suis jalouse", a dit Annabelle.

Ils ont passé en revue les détails de l'expédition du petit colis de la femme. Puis la femme a payé l'envoi et est partie.

"Que la journée passe plus vite d'ici !" cria-t-elle, remettant son parapluie en place en franchissant la porte.

"J'espère bien !" Annabelle a rappelé.

Elle est retournée à son livre.

À 16 h 50, elle a commencé à faire quelques procédures de clôture.

Un type portant un poncho est entré à 16h54. Annabelle a roulé des yeux à son rythme.

"Bien ! Je suis content que vous n'ayez pas encore fermé. J'avais peur de te manquer. Il y a des bouchons horribles avec toute cette pluie."

Il a enlevé le poncho et l'a posé à l'extérieur, sur le sol, sous l'auvent. Le type avait à peu près son âge, la vingtaine. Il était grand, avec des cheveux courts, blond foncé et sableux. Il avait un air confiant, mais geek.

"Nous sommes ouverts pour quelques minutes encore, alors vous avez réussi", a répondu Annabelle. "En quoi puis-je vous aider ?"

"Eh bien, je veux vérifier ma boîte aux lettres et poster ceci. C'est un envoi prioritaire."

"Ok, veuillez remplir ce formulaire. Je le joindrai au colis. Quelque chose à déclarer en valeur ?"

"Euh, non, c'est juste des papiers de famille pour mon frère au Texas. Je veux m'assurer qu'il les reçoive avant mardi. En y réfléchissant bien, oui, faisons un reçu de retour. C'est inclus dans la liste des priorités ?"

"Oui. Le troisième jour, c'est bon ?" a demandé Annabelle.

"Tout ce qu'il faut pour qu'il arrive avant mardi", le gars a souri.

"Ça va marcher", a-t-elle répondu.

Annabelle a remarqué que le gars avait un beau sourire. Il s'est dirigé vers sa boîte aux lettres et a sorti quelques enveloppes et un petit paquet. Il était étroit et mesurait environ un pied de long. Il a ramené son courrier au comptoir pour terminer l'expédition.

"Hé, c'est quoi ce bordel ?" demanda-t-il en examinant le paquet. "Je ne me souviens pas avoir commandé quoi que ce soit à - NP Enterprises ?"

Il a pris une paire de ciseaux au comptoir et a découpé une fente dans le ruban d'emballage.

"Combien je vous dois ?" demanda-t-il, en remettant les ciseaux en place.

"Neuf dollars et 43 cents", répondit Annabelle.

Il a sorti une carte de crédit de son portefeuille et l'a glissée dans le lecteur. La transaction a été effectuée. Annabelle lui a remis le reçu après avoir lu son nom - Laurent Miller - et l'avoir fait correspondre avec le nom figurant sur la carte.

"Merci", dit Annabelle, en ouvrant la boîte et en la retournant.

À leur grande surprise, une fine boîte contenant un manchon de masturbation masculine est tombée. Elle a glissé sur le comptoir et est tombée de l'autre côté, atterrissant aux pieds d'Annabelle. Elle a souri, en essayant de ne pas rire. Elle s'est penchée et l'a ramassée. Le visage du type était rouge vif quand elle le lui a tendu en souriant.

Voilà enfin l'occasion pour Annabelle de vivre une "aventure", mais devrait-elle le faire ? Avec un étranger ? Au travail ? Si le directeur entrait par hasard, elle serait sûrement virée.

"J'ai... j'ai oublié que j'avais commandé ça", dit-il alors que son visage devenait rouge.

Ah bon sang, satisfaire deux envies à la fois semblait parfait. En plus, il avait l'air gentil. Et elle ne pensait pas que le manager se montrerait. Une femme d'une cinquantaine d'années, bien en chair, qui ne venait jamais le samedi.

Annabelle n'a rien dit, mais elle a marché jusqu'à la porte et l'a fermée à clé. Puis elle a tourné l'enseigne du magasin sur "Fermé". Entre-temps, Laurent avait remis la boîte dans son paquet. Toujours rouge, il se retourna pour partir et rencontra Annabelle qui marchait vers lui.

"Merci", marmonnait-il.

"Hum, excusez-moi, mais où pensez-vous aller ? Hé, j'ai eu envie d'aventure toute la journée. Viens à l'arrière, et on va voir comment ça marche."

Il est resté debout avec la bouche ouverte pendant une seconde ou deux. Puis il a souri, a haussé les épaules et a suivi.

"D'accord", a-t-il répondu.

Le bureau du magasin était étroit et exigu, rempli de fournitures de bureau et d'expédition. Il y avait un minimum de mobilier - un micro-ondes, un petit bureau et quelques chaises, un petit ordinateur, des classeurs. Annabelle s'est assise sur la chaise de bureau.

"Viens plus près", dit-elle.

Annabelle a frotté l'entrejambe de son jean tout en le regardant avec un léger sourire. Bientôt, elle sentit un renflement grandir. Elle ne le quitta pas des yeux, car elle sentit sa fermeture éclair, puis la retira. C'était la tirette la plus sexy et la plus lente qu'elle ait jamais faite.

Annabelle a pêché dans son caleçon pour trouver son trésor, sans jamais le quitter des yeux. Elle l'a sorti de son pantalon, et lui a enfin arraché les yeux. Elle a bien regardé sa bite qui durcissait encore.

"Joli", chuchota-t-elle.

Elle a baissé son pantalon autour de ses hanches et s'est penchée en avant. Elle glissa ses lèvres autour de la tête et fit tournoyer sa langue autour d'elle. Laurent gémit, ce qui l'incite à continuer. Elle lui lécha le manche de la base à la tête, puis fit de petits mouvements autour de la partie supérieure. Cette fois, Annabelle a gémi. Cela lui faisait du bien de lui donner la tête, et elle se sentait excitée.

Annabelle enroula de nouveau ses lèvres autour du manche et y enfonça sa bouche. Sa bite s'enfonça dans sa bouche. Laurent gémit fortement pendant qu'elle se glissait à l'intérieur. Elle fit glisser le bâton dans sa bouche et en sortit, tout en le regardant à nouveau. Sa chatte était moite et mouillée, et elle gémissait en laissant sa bave sur son bâton.

Annabelle a laissé sa bite s'échapper, et elle l'a regardée. Elle était un peu plus grosse que la moyenne, et avait une belle forme. Elle brillait avec sa salive. Elle lui donnait des coups de langue autour de la tête par petits coups rapides. Puis elle l'a prise dans sa bouche et a senti ses couilles avec sa main gauche.

"Oh, ça fait tellement de bien. Tu es vraiment bon", gémissait-il.

"Mm," répondit-elle, en enfonçant son manche plus profondément.

Les muscles de la gorge d'Annabelle ont travaillé autour de lui jusqu'à ce que ses lèvres se cognent contre son aine. Elle fit des bruits gutturaux alors que l'épaisse tête s'enfonçait profondément dans son passage. Elle ne pouvait pas continuer ainsi longtemps, même si elle avait l'intention de le faire. Elle relâcha quelque peu sa bite, pour la rendre plus confortable.

Elle a soulevé son pull de la main droite et a vu Laurent la regarder. Elle souleva son soutien-gorge, révélant deux petits seins fermes coiffés par des mamelons durs de couleur rose-brun. Laurent s'est penché vers le bas et les a serrés. Annabelle gémit et le suça plus fort.

Annabelle lui retira la bite de la bouche, puis se leva et se retourna. Elle a baissé son pantalon jusqu'aux chevilles, en s'assurant de lui donner une bonne vue quand elle se penchait.

"Belle vue", a dit Laurent, en la regardant dans sa culotte lavande.

Elle s'est penchée à nouveau pour enlever sa culotte, ce qui a permis à Laurent de mieux voir son cul ferme. Elle savait qu'il devait voir l'humidité scintiller entre ses plis, et cela l'excitait encore plus.

Laurent avait un sifflement bas et aéré. Elle était chaude, avec un corps pulpeux et ferme. Sa silhouette était svelte, une légère courbe visible à la taille.

"Tu aimes mon cul ferme ?" dit-elle, en frappant une joue assez fort pour produire un léger écho. "C'est un cul vierge. Je ne fais pas d'anal, mais ma chatte est prête pour toi."

Avec ça, elle se pencha sur le bureau et écarta les jambes. Elle s'est penchée en arrière et a écarté les lèvres, révélant le rose humide à l'intérieur. Elle a attendu qu'il se déplace derrière elle et s'est aligné avec sa fente.

Il a fait quelques tentatives pour trouver son fourreau. Puis il s'est avancé vers elle. Il s'est glissé à l'intérieur d'un mouvement souple, gémissant de son humidité soyeuse. Annabelle gémit lorsqu'elle sent son fourreau s'ouvrir et l'envelopper, cherchant à l'attirer plus profondément.

"Putain, oui", gémit Annabelle. "C'est ce dont j'ai eu besoin toute la journée - une bite dure qui me martèle la chatte. Baise-moi - baise moi bien et fort !"

Annabelle se pencha plus loin et écarta les jambes. Laurent l'attrapa par les hanches et la fit claquer de plus en plus fort, la faisant grogner à chaque poussée. Elle sentit un index humide lui masser l'extérieur de son trou de cul. Elle a poussé un grand gémissement. Il a relâché le doigt à l'intérieur d'elle, et elle a poussé un petit cri.

"Oh, vous êtes mauvais ! Un homme vraiment mauvais !" s'est-elle exclamée. "J'aurais peut-être envie de te baiser plus souvent."

Elle sentait son doigt lui cogner la bite en elle, séparé par une fine paroi.

"Oh, putain !", il sursauta en frappant sa chatte plus fort.

Annabelle grogna et cria à chaque coup de poing. Il s'éloigna, son cul se trémoussant sur les coups bas. Il a retiré son doigt de son cul et lui a attrapé les hanches. Il l'a frappée, et elle a dû s'accrocher au bureau. Malgré cela, son corps a rebondi et s'est déplacé vers l'avant sous l'effet de ses coups. L'angle de sa bite tirait sur le capuchon de son clitoris à chaque fois qu'il glissait. Cela faisait couler son jus, trempant leur union.

Elle se faisait baiser comme une banshee, se sentant lubrique alors qu'elle se penchait sur le bureau dans le bureau. Une vague a commencé à déferler, et elle n'a pas eu d'autre choix que de la chevaucher. Elle regarda ses mains et vit que ses articulations étaient blanches. Elle grogna, ferma les yeux et se mordit la lèvre inférieure. Ses hanches se sont alors repliées sur lui. La sensation qu'elle ressentait à l'intérieur lorsqu'il la frappait a fait monter sa passion, et elle a su qu'elle allait venir. Elle respira avec de courts et durs halètements.

"Oh ! Putain, ouais !", cria-t-elle alors que la vague déferlait.

Annabelle fit irruption dans une cascade de gémissements et de cris, son corps tremblant de plaisir. Il s'est tout de même mis à entrer et à sortir, la faisant gémir de plaisir.

La respiration de Laurent augmentait, et elle sentit une pression croissante commencer à remonter sa queue.

"Stop !" dit Annabelle, sentant qu'il était sur le point d'arriver. "J'ai une idée."

Laurent sortit d'elle, se demandant ce qu'elle avait en tête. Il se tenait debout, haletant.

En descendant du bureau, elle a attrapé la manche de masturbation et l'a déballée. Laurent comprit son plan. Puis elle prit une bouteille de lotion pour les mains qui se trouvait sur le bureau, et en fit gicler une grande quantité sur sa queue.

"Je suis honorée de pouvoir utiliser ce truc pour la première fois", dit-elle en souriant, en enduisant tout son corps de lotion. "Voyons comment ce truc fonctionne, d'accord ?"

Elle riait intérieurement à propos de la manche - à l'intérieur et à l'extérieur, c'était une réplique du vagin d'une femme. En amenant le manchon à sa bite dure, elle a réalisé que de nombreux godes étaient également des répliques du vrai truc. Pourquoi pas des faux godes ? Et qui a posé pour ces choses, de toute façon ?

Annabelle a glissé le manchon sur sa bite, et s'est assise sur la chaise à nouveau. Elle a regardé Laurent dans les yeux pendant qu'elle le baisait avec le faux vagin. En le taquinant, elle a découvert qu'elle pouvait serrer sa main autour de son axe et le rendre fou. Aucune chatte ne pouvait serrer comme ça. Elle continuait à la faire glisser de haut en bas sur sa longueur jusqu'à ce qu'il gémisse à nouveau.

"Tu aimes ça, bébé ?", dit-elle à voix basse. "Tu aimes qu'on te baise avec ça, n'est-ce pas ? Je vais te traire jusqu'à la dernière goutte, bébé. Détends-toi et laisse Annie te faire jouir."

Elle a saisi son manche plus fort et a accéléré le rythme. Laurent a saisi sa taille et ses gémissements sont devenus fébriles.

"Je vais jouir !" grogna-t-il, et son corps fit une embardée alors que ses muscles se tendaient.

"Oh oui ! C'est ça, bébé !" dit-elle alors qu'un immense sourire croisait son visage.

Il a poussé un gémissement de type animal alors que le sperme a traversé la manche et s'est retrouvé sur son pull, qui était retombé en place.

"Oh merde ! C'est une putain de charge énorme ! Oh mon Dieu !", dit-elle en riant.

Le sperme continuait à jaillir de sa bite, remplissant maintenant la manche.

"C'est ça, donnez-moi tout ! Je veux chaque putain de goutte que tu as !"

Elle a serré son manche et l'a massé dans un mouvement de tire-bouchon, le trayant. Les giclées ont commencé à s'apaiser.

Annabelle a mis de côté le manchon trempé de sperme et a travaillé son manche avec sa main, continuant le mouvement de serrage et de relâchement. Ses gémissements devinrent plus longs et plus intenses, et il dut s'appuyer contre le bureau. Elle a réussi à presser quelques gouttes de plus et sa queue a commencé à s'assouplir.

Elle a enfin obtenu ce qu'elle voulait. Il avait été trait - ses couilles étaient vidées et égouttées. Sa respiration était lourde.

"Putain ! J'ai fini ! Tu es incroyable !" dit-il, haletant.

Elle a souri et a retiré sa main de sa bite, puis a léché ses doigts.

"C'est bien de savoir que vous offrez un service de livraison spécial !" Laurent a plaisanté.

Annabelle a ri.

"Ce fut un plaisir de vous servir, M. Miller. J'espère que vous reviendrez me voir un jour", dit-elle en prenant un mouchoir.

Elle a essuyé le sperme de son pull du mieux qu'elle a pu. Puis elle a emmené la manche dans la salle de bain. Elle était propre et sèche quand elle est revenue, et Laurent était habillé.

"Hé, alors, euh... C'est quoi le problème d'acheter une manche de masturbation ? Tu es un bon amant", demanda Annabelle en enfilant sa culotte.

Laurent avait l'air moutonnier.

"Ouais, eh bien... j'aime beaucoup le sexe, et je suis entre deux relations depuis un moment."

"Hmm, ça me dit quelque chose", répondit Annabelle en remontant la fermeture éclair de son jean.

"Comment faire du café ? Je peux t'offrir un café en cet après-midi pluvieux, presque le soir ?" demanda Laurent.

"Je ne pense pas, mais merci de demander", dit Annabelle.

Elle réfléchit un instant.

"Un dîner serait bien, cependant ! Tu aimes la nourriture mexicaine ?"

"Ouais ! Le restaurant de burritos au coin de la rue ?"

"C'est ce que je pensais. Je ne sais pas si c'est l'heure, le sexe, ou les deux, mais j'ai faim. Mais je dois vous demander de partir pendant que je ferme."

"Je dois nettoyer cette manche", a dit Laurent. "Ça ne me prendra qu'une minute, puis j'attendrai dehors."

"Ça a l'air bien. J'en ai pour une dizaine de minutes."

Alors qu'elle faisait les activités de clôture de la journée, Annabelle se demandait comment elle avait pu avoir autant de chance. A la fin de la journée ! Elle avait soif d'aventure, et non seulement elle en a eu une, mais elle a aussi baisé ! Elle sourit. C'était une fille chanceuse.